Lettre 8357

[11 Adar 5722]

Je fais réponse à votre lettre du 27 Tévet, que j’ai reçue avec beaucoup de retard. En un moment propice, on mentionnera votre nom près du saint tombeau de mon beau-père, le Rabbi, dont le mérite nous protégera, conformément à ce que vous m’écrivez. Vous évoquez vos mauvaises pensées, pendant l’étude et la prière. La solution, en la matière, est bien connue(1). Un livre ou un Sidour sera ouvert devant vous, pendant cette étude ou cette prière. Car, les mots saisissent la pensée et la retiennent.

L’assurance nous a été donnée(2) que : “ si l’on fait des efforts, ceux-ci sont couronnés de succès ” et vous avez le mérite d’être l’élève de la sainte Yechiva Tom’heï Temimim, fondée et dirigée par nos maîtres et chefs. Il est donc certain que, si vous menez votre étude avec ardeur et constance, vous révèlerez la bénédiction de D.ieu en tous vos besoins. Avec ma bénédiction afin de donner de bonnes nouvelles de tout cela,

Notes

(1) Voir, à ce sujet, la lettre n°8278.

(2) Dans le traité Meguila 6a.